Le Bien-être au Travail et les Courses de Chaises en Entreprise

Quand le mobilier de bureau renforce la cohésion d’équipe

Le bien-être au travail, matière autrement appelée « QVT » par les spécialistes, est une
véritable préoccupation dans notre monde professionnel rongé par le burn-out et les
dépressions dominicales. Il devient urgent que l’expression « Comme un lundi » revête une
signification festive et joyeuse, que les open spaces se métamorphosent en espaces de
coopération, que les réunions ne soient plus synonymes de perte de temps et d’angoisse, et
que le bureau cesse d’être un lieu d’esclavage dont on a hâte de s’échapper. Puisque l’on y
passe le plus clair de notre temps, autant que les espaces de travail soient des lieux de vie
heureux, où les petits bonheurs émaillent le quotidien. Rire tous ensemble c’est partager des
souvenirs et consolider les équipes.

Idée de team building : la compétition de chaises de bureau

Le team building est une manière bien connue de stimuler l’esprit d’équipe et la cohésion
des groupes de travail. Dans cet esprit, pourquoi ne pas utiliser l’espace de travail et les
meubles qui le peuplent?

Le constat alarmant des études sur le mal être au travail

Des études sur le mal être au travail font état d’un constat alarmant. L’enquête « The
Workforce View in Europe 2019 » d’ADP estime que la France se place au 3ème rang des
pays Européens pour le niveau d‘anxiété des salariés, derrière l’Allemagne et la Pologne. Le
coût social du stress est évalué à environ 3 milliards d’euros. L’angoisse au travail est-elle
pour autant une fatalité ?
Avec l’émergence d’activités ludiques collectives, ou celle de nouveaux métiers comme le
Chief Hapiness officer, l’entreprise a bien compris l’enjeu que représente un collaborateur
heureux au bureau. Or, son lieu de travail, dans lequel il passe environ huit heures par jour
est un élément majeur dans cette démarche d’amélioration de la QVT. Il suffit d’observer le
bureau d’un salarié, la manière dont il va le décorer, s’approprier l’espace en le
personnalisant ou en le rendant plus confortable. Les espaces de travail ont considérablement
évolué ces dernières années, dans une optique de gain de place le plus souvent, ils se sont ouverts, rendant la coopération plus aisée, mais provoquant aussi, chez
certains, un sentiment de vulnérabilité, parfois d’inconfort. Toutefois, si les open spaces ont
modifié la donne, rendant l’atmosphère plus impersonnelle, chacun continue de s’approprier
l’espace commun selon ses préférences. De nombreuses firmes ont alors repensé le design
de leurs bureaux comme un outil de management à part entière, afin d’offrir aux
collaborateurs un cadre dynamisant, sécurisant et confortable.
Pour aller plus loin, certains ont même détourné le mobilier de bureau de son utilité
première, modifiant ainsi la perception que l’on peut en avoir.

Pourquoi pas organiser une course de chaises de bureau ?

L’idée peut paraître saugrenue, et pourtant, le phénomène est devenu viral au pays du soleil
levant, connu pour son monde professionnel impitoyable exigeant des journées de travail
excessivement longues et anxiogènes. C’est aussi le pays qui invente des manières de
relâcher la tension parfois très originales pour nous autres Gaulois. Une fois n’est pas
coutume, ils sont à l’origine d’une tendance franchement réjouissante : la compétition de
chaises de bureau. On a tous déjà usé de notre chaise à roulettes pour nous déplacer ou
nous relaxer en réfléchissant. Certains ont même déjà organisé des courses entre collègues
dans l’open space, pendant que le patron n’était pas là.
Le Japon est allé encore plus loin, faisant sortir la chaise de son cadre sérieux pour la
convertir en véritable bolide de course, avec l’organisation, chaque année depuis 2009, et
désormais dans plusieurs préfectures du pays, du grand prix des chaises de bureau. Les
équipes sont constituées de trois personnes qui se relaient pendant deux heures, avec pour
objectif de faire le plus de tour possibles sur un circuit de 200 mètres. L’Allemagne, pays
Européen tristement classé sur l’échelle du stress au travail, reprend également le concept,
en faisant dévaler aux participants une piste de 200 mètres.
Cette idée est-elle si étrange ? Organiser un relais de fauteuil à roulettes peut permettre,
dans l’esprit des collaborateurs, d’associer son espace de travail, son mobilier quotidien, la
chaise qui le supporte de longues heures par jour, à un moment festif, et de replacer cet
élément central dans un contexte de détente, avec l’aval, voir l’appui du manager. Une
excellente manière de changer la perception de l’espace de travail. La chaise n’est plus celle
qui retient le salarié à son bureau comme un condamné à mort mais un équipement de
loisirs, voire de franche rigolade.

Prêts à rider sur vos chaises de bureau ?